En ma demeure (poèmes et autres textes)

 

Improbable vaisseau échoué sur la grève

Troublant vestige de l’impossible voyage

Tu jettes, pathétique, tes bordées végétales

A la face d’un monde qui déjà n’est plus

 

 

_____________________________________________

 

 

Tension d’une trajectoire au bord de l’abime

Blessure intempestive qui force l’être

Lèvres avides qui s’ouvrent à l’indicible

à la plénitude apaisée, au mystère du néant

 

 

_________________________________________________

 

 

 

S’ouvrir à la promesse.

Etirer l’aube jusqu’à l’acmé du désir.

Se faire homme plus qu’homme,

Enfin, ouvrir au mystère

Pour accueillir et l’aube et la vie

 

 

___________________________________________________________________

 

La nature pleure sa divine semence

Le grand dieu Pan fouille l’insigne

Pour offrir à l’impossible

L’éblouissement de l’être

 

 

 

Guirlandes éternelles d’un bonheur inaudible

Les perles de pluies accrochent leurs reflets

A l’insolence inattendue de la présence :

 

Au-delà de l’in forme, au vertige du vide :  prendre le risque de l’existence.

 

 

_________________________________________________________________________

 

 

Oser suspendre l’instant présent

Pour offrir à l’inconnu

Les larmes du bonheur

 

___________________________________________________

 

 

La tendre blessure palpite et se donne

Sous son bouchon végétal

Tandis qu’insiste, incertaine

 la trace de l’oubli

 

 

 

__________________________________________________________

 

 

 

Sous la peau de l’apparence

Le capillaire nourricier

irrigue le mystère

à l’éclos de l’inattendu

 

_________________________________________________________________

 

 

Accomplir  son destin

poursuivre son œuvre

Obstiné et solitaire

 

 

__________________________________________________________________

 

Je ne suis ni plus, ni moins

Qu’une existence hâtive

Il n’y aura ni avant, ni après

Hors la passion du désir :

Être là, simplement, dans l’ouvert de l’évidence

 

 

______________________________________________________________________

 

 

Au cœur du flot la géologie du désir

Epuise l’écoulement du temps

 

 

_________________________________________________________________________

 

Fouiller l’intime
et débrider la blessure
pour offrir à la source
le choix de la résurgence

 

 

 

 

Vertige de l’illusion, illusion du vertige

La vie s’épuise et se fige

Dans la contemplation fascinée de l’apparence

 

 


_______________________________________________________________________

 

 

Pure vibration la forme se donne

Danse aveugle du hasard

Pulsation  obstinée de l’origine

Accouplement compulsif

Qui sculpte  inlassablement

 l’au-delà de l’apparence

Pour écrire, suspendu

Le mystère absolu de la Vie

 

 

_________________________________________________________________

 

 

Hisser le doute jusqu’à l’infini de l’espérance

 

__________________________________________________________

Légende

 

 

 

 

Au creuset de l’amour  les  larmes du désir,

Oser graver ma légende  en ton corps de femme

Et te faire une d’âme et de chair

Eveillée parmi les éveillée, Soutenir enfin l’absence

Pour annoncer ta présence aux larmes du bonheur


____________________________________________________________________

 

Tisser sa vie avec obstination

Accepter l’aventure et  la rencontre

Entrelacer les destins

Pour construire à la fois

Et l’abri et l’ouvert

 

 

 

_________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

A toi

 

 

Le grand Dieu Pan éjacule et ses larmes de sperme fécondent le monde. De son organe puissant, il fouille et laboure la terre, promesse d’une aube à venir.

 

Et, toi tu m’es liane, ligne de fuite végétale et souveraine, tendue vers un ciel incertain offrant ta divine blessure à ma main d’artisan.

 

_________________________________________________________________________

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.